OCTOBRE 2012

 

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil
Localiser sur un plan


Lors des manifestations se déroulant dans la grande salle,

  vous avez accès à l'exposition :   La Traversée des langages d'Armand Gatti


 

les 3, 4, 5 octobre à 21h


Grande salle

Valère Novarina
La Chair de l'homme

 

Informations :  télécharger le flyer Tarifs : 14€-10€. Réservations : 06 32 38 17 42

 




Du vendredi 5 au vendredi 26 octobre 2012


Amphithéâtre extérieur (entre les n°3 et 7 de la rue François Debergue)

 

Gekay : on the wall

 Exposition de photographies de Gekay

 

Vernissage-collage le vendredi 5 octobre à 19h

Finissage-collage le vendredi 26 octobre à 19h 

 


 


Gekay est un photographe qui parcourt le monde depuis plus de 20 ans. Son objectif s'est posé à Shangai, Mexico, Paris, New-York, Venise...


Plus que des clichés traditionnels, je cherche à photographier les détails, fragments, notamment sur les affiches publicitaires.
Sans retouches, mes photos sont prises 'in situ' dans la rue....À vous de voir !


 

 



 

 

 

Visitez la Page 

  Street art photographies, by Gekay.

 


 

 

 

 

 

Trois ouvrages ont été publiés aux

éditions PC 

New-York Street Art (2001) / Venise Street Art (2002) / Marrakech Street Art (2004)


Expositions récentes :

2012 EAG à Bruxelles / 2011 Xpower Gallery à Tappei / 2010 Larcade Gallery à Paris / 2009 Galerie B à Pont-Aven.

 

Images de l'inauguration de l'exposition Gekay on the Wall


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vendredi 5 octobre 2012 à 20h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)


Discussion publique autour du livre

Do it yourself ! 

Autodétermination et culture punk

en présence de l'auteur Fabien Hein

Edition le passager clandestin

 

Un la, un mi, un sol, « Voici un accord, en voici un autre, en voilà un troisième, maintenant monte ton propre groupe » : avec cette affirmation anti-star system, le fanzine britannique Sideburns se fait l’écho en 1976 d’un principe fondamental du punk de cette période. Opposant à la fascination du talent a priori nécessaire pour faire de la musique un besoin d’expression et de création, de nombreux groupes et fanzines punks travaillent à ce que le style DIY se propage.
C’est un outil pour mettre des mots sur une colère diffuse et partagée contre les manifestations du capitalisme : exploitation, injonction à la compétitivité et à la rentabilité, mais c’est aussi comme la mise en pratique d’une solide auto-organisation. Il s’agit pour les parties prenantes de ce mouvement de marquer une nouvelle manière de faire de la musique, de la produire, de la diffuser, de la vendre. De poser en acte une autre idée de la production par le travail coopératif et le développement d’une autonomie vis-à-vis de la production musicale.
Plusieurs expériences sont tentées, certaines, comme Digital records, réussissent dans les 70’s à lier mutualisation des revenus et faible coût de vente. Mais des scissions à l’intérieur du punk se font l’écho d’une utilisation purement mercantile de l’étiquette punk comme ce fut le cas des Sex Pistols. Une volonté de maintenir ou de rendre visible et transmissible les principes qui font exister l’esprit "Do it yourself" se développe à travers des brochures, des fanzines mais avant tout par des pratiques de vie ou des manières de voir.
Mais c’était les années 1970 et tout le mouvement n’a pas esquivé la baisse d’énergie qu’a connue le mouvement social dans les années 1980 ou 90.
Ce sont certaines de ces questions que pose Fabrice Hein dans son livre Do it yourself. Bien qu’étant sociologue, il nous épargne les égards universitaires pour se concentrer sur une analyse claire, nous permettant de le lire en écoutant un live de fugazi et en sirotant quelques bières.
La rencontre avec l’auteur est également une invitation à discuter du mouvement DIY à Paris et des prolongements qui continuent d’exister encore aujourd’hui. Tous les intervenants sont les bienvenus.



Samedi 6 octobre 2012 -  de 20 h jusqu'au bout de la nuit


Bal Folk

 Préventes et informations sur :

www.carambal.fr




Du lundi 8 au lundi 15 octobre 2012


Festival "Elles résistent"

 Expositions / Théâtre/ Performances / Débats / Films/ Concerts

Grande salle

 

Durant 8 jours, des personnes, des artistes, des groupes se rencontrent et confrontent leurs pratiques artistiques militantes personnelles et collectives autours de trois directions :  

- Constats/Etat des lieux  

- Résistances aux violences masculines et sociétales.  

- Luttes et Utopies féministes ?



 


Mercredi 10 octobre 2012 à 19h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)


Assemblée ouverte Michèle Firk


Venez avec de quoi boire et manger pour proposer des débats, des ateliers, des livres, des coups de main au Café-librairie Michèle Firk. 



Vendredi 12 octobre 2012 à 20h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

JU-JITSU & POLITIQUE
L'art du levier : discussion publique

 

« Jujitsu politique – L’art du levier » présente comment certains activistes retournent des outils « ennemis » pour résoudre les problèmes qu’ils rencontrent dans leurs pratiques. Le principe de ces opérations est celui du jujitsu politique : utiliser d’autres forces que les siennes pour modifier une situation. Ces procédés de détournement et d’amplification sont à la base de toute mécanique – utilitaire, guerrière ou scientifique. Ils passent par des combinaisons nouvelles et imprévues de forces et d’outils, et parfois par le simple retournement de l’arme dans un sens contraire.

Nous analysons ici 5 détournements dans les champs de la propriété intellectuelle (copyright & copyleft), des procès politiques (faire du tribunal une tribune), des médias (storytelling & contre-storytelling) des banques (crédit à la consommation & insolvabilité) et de l’habitat (droit des affaires & propriété coopérative anti-spéculative).

Le vendredi 12 octobre, à 20h, nous organisons une discussion-apéro autour de ces stratégies de détournement à la librairie Michèle Firk. Un des articles est publié sur http://www.article11.info/?Jujitsu-politique-le-contre

La brochure "Jujitsu politique" est disponible aux librairies Michèle Firk, le Merle moqueur, le Genre urbain, Quilombo, Publico... Pour tout commentaire & pour demander la version pdf, n'hésitez pas à nous écrire à larotative1@gmail.com.

 


Mardi 16 octobre 2012 à 18h30


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)


Deuxième réunion pour la création des

Bibliothèques Armand Gatti


C’est en liaison avec le Café-librairie que va s’ouvrir dans un lieu plus protégé, plus secret, plus silencieux, situé au sous-sol de la maison de l’Arbre et s’ouvrant sur les arbres. Une bibliothèque associative, elle aussi, qui s’est mise aussitôt à revendiquer le pluriel : les bibliothèques Armand Gatti, qui font écho, prolongent et interrogent une des œuvres les plus foisonnantes du siècle.

En savoir plus : lien vers www.armand-gatti.org/ Les Bibliothèques Armand Gatti/ lettre N°2

 


Vendredi 19 octobre 2012 à 19h30


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

Discussion publique autour du livre

 RACE ET CAPITALISME

En présence des auteurs : Félix Boggio Éwanjé-Épée, Stella Magliani-Belkacem  & Sadri Khiari   
Editions Syllepse


 En France, quand elle n’est pas tout simplement ignorée la question raciale est prise en tenaille. Il y a d’abord celles et ceux, les plus nombreux à gauche, qui en font une sorte de menace à la prise en compte des classes sociales et de l’exploitation économique. Il y a ensuite celles et ceux qui souvent en réaction aux premiers, soulignent l’importance de traiter la race comme une construction identitaire. Si l’on reconnaît alors au racisme et aux processus de racialisation la capacité de structurer le monde social, c’est au prix d’une séparation entre les problèmes liés à l’identité ou aux représentations d’une part, et les questions relatives à la domination sociale, au fonctionnement du capitalisme et aux luttes populaires d’autre part.

La volonté qui traverse ce recueil est de donner à voir des points de vue, souvent non francophones, qui ne cèdent ni sur l’autonomie propre de la question raciale en tant que telle, ni sur son imbrication avec les luttes de classe, avec la problématique du droit à la ville ou encore sur les aspects économiques des disparités raciales. Tout en présentant sous une forme didactique une recherche encore à mener en France, le livre s’efforce aussi d’introduire les premiers jalons d’une réflexion stratégique globale contre le système raciste, qui considère autant les défis posés par l’organisation autonome des non-Blanc-he-s que les enjeux d’une alliance avec les couches populaires blanches et leurs organisations.

 


Vendredi 26 octobre 2012 à 19h


Au Café-Librairie Michèle Firk (entrée par le 7 rue François Debergue)

 

Discussion publique

 AUTOGESTION DU 3E ÂGE : L’EXEMPLE DES BABAYAGAS

 

En présence de femmes participant au projet de la Maison des Babayagas, une maison pour personnes âgées, qui se veut : autogérée, féministe, solidaire, citoyenne et écologique. La maison est en construction à Montreuil.

Témoignages et discussions.


 

  Du vendredi au dimanche 26, 27 et 28 octobre 2012

vendredi et samedi à 20h30 - dimanche à 16h

 

Iphigénie

de Jean Racine 

 par la Compagnie Ligne 9 théâtre


Tarifs : 8€ - 5€ - Réservations : 01 49 35 03 02

En savoir plus : télécharger le dossier de presse (format PDF)