La Tribu des Carcana en guerre contre quoi ?
Ces Empereurs aux ombrelles trouées
Théâtre
Montreuil, août 2013

Vendredi 30 et samedi 31 août 2013, 20h30
à La Parole errante à La Maison de l'arbre, Montreuil :
Représentations de deux pièces d'Armand Gatti



20h30 – 22h > "La Tribu des Carcana en guerre contre quoi ?"


VOIR LA VIDEO DE LA CAPTATION


Pièce d'Armand Gatti.
Mise en scène : Armand Gatti et Mohamed Melhaa.
Intendant : Stéphane Gatti.
Chant : Naïma Arnault.
Avec les étudiants d'Arts du spectacle de l'Université Marc Bloch de Strasbourg : Anna Guzitashvili, Annabelle Henry, Camille Garcia, Charline Alexandre, Julie Imbert-Chazée, Malika Lorenté (violon), Marianna Gueorgieva, Maria Luisa Ugaz Merino, Matthieu Pequignot, Nadège Rigault, Naïma Arlaud (piano, saxophone), Sarah Verdeil.

"De retour en France, invité en 1974 (par le Théâtre Ouvert) au Festival d’Avignon, Gatti reprend sur nouveaux frais la problématique et le langage développés pendant ses années d’exil. (…) Carcana, c’est Durruti. Ses vies. Ses morts. Et son dilemme : faut-il d’abord gagner la guerre, puis faire la révolution (d’où une révolution inévitablement militarisée, et donc mort-née) ou bien faire tout de suite la révolution (et être aussitôt balayé par l’armée ennemie) ? Ou, autrement dit : faut-il toujours attendre (et quoi ?) pour annoncer que le moment de l’Homme Nouveau est arrivé ? Si le personnage de Carcana est inventé c’est pour permettre à Durruti de refuser ce dilemme. D’échapper aux sentences de l’Histoire. A la parcellisation. A l’instrumentalisation qu’impose cette Histoire (même si c’est pour devenir instrument de la révolution). Carcana, c’est la possibilité de redonner à Durruti — et à son combat — sa véritable dimension : la démesure. Une dimension qui fait de lui, déjà, un homme nouveau". (Michel Séonnet)

A la suite d'un travail entamé sur La Colonne Durruti avec ses élèves, Mohamed Melhaa, chargé de cours à l'université de Strasbourg et metteur en scène du théâtre de l'Algarade, leur a proposé de continuer avec le poète à la Parole errante. Au mois d'août, ils se sont réunis pour mettre en scène La Tribu des Carcana en guerre contre quoi ?


22h – 23h30 > "Ces Empereurs aux ombrelles trouées"

 

Pièce d'Armand Gatti.
Mise en scène : Armand Gatti et Matthieu Aubert.
Intendant: Stéphane Gatti.
Chant : Bianca Lanucci.
Avec Alexey Blajenov, Antinea Pérez Castro, Audrey Layris-Vergès, Catherine Rohner, Déborah Portnoï, Estelle Guérot, Flora Brousse, Georges Favre-Rochex, Hugo Botter, Jemma Saïdi, Leonor Illitch, Lise Lagnel-Lefèvre, Lucie Guesnier, Marie Martinez, Maxime Huet-Monceyron, Nicolas Sers, Rachid Belkaïd, Rehima Yahaoui, Samira Baibi, Sylvestre Leservoisier, Sylvie Paoli, Tess Tracy, Yoann Daunay.

Depuis mars dernier, un groupe d'une vingtaine de bénévoles de Montreuil et d'ailleurs, chômeurs, travailleurs, artistes, retraités, étudiants se réunissent chaque mois autour d'Armand Gatti, et vous présentent la première étape de leur travail. Matthieu Aubert, metteur en scène de la compagnie Idéokilogramme, a choisi de revisiter Ces Empereurs aux ombrelles trouées, pièce pour laquelle il porte un projet d'édition avec l'Entretemps à Montpellier.

Créée en 1991, au Musée Lapidaire dans le cadre du 45ème Festival d’Avignon, cette pièce met en scène les religions monothéistes et la question de Dieu dans l'Histoire des Hommes. Sous forme alors d'un débat théâtral. Les répliques se partagent entre les acteurs et les spectateurs, sur les chemins de la bataille de Poitiers où mots latins et arabes vont s'affronter. Le débat se déplace sur la route de Nicée où furent prononcées les dernières heures du combat entre la parole et l'image, à Bagdad pour le procès d'al-Hallaj... Il continue sous l'œil bienveillant du Dieu Sérapis et du bâton de Moïse... Qu'est-ce que nous cherchons? Décliner le nom de Dieu… Les décliner tous… en parallèle avec l'extinction des étoiles. A chaque nom décliné, une étoile s'éteint. Sous chaque étoile qui s'éteint, il ne reste plus rien, même si tout continue comme avant.