SEPTEMBRE 2015

 

La Parole errante à la Maison de l'arbre - 9, rue François Debergue - 93100 Montreuil

Localiser sur un plan / Suivre     et   


Du jeudi 10 au samedi 12 septembre 2015

Jeudi et vendredi à 19H30 - Samedi 18H

 

TITRE PROVISOIRE

Représentations et débats

 

http://ciesenrevient.wix.com/ciesenrevient



 


Du mardi 15 au vendredi 18 septembre 2015 - 20H30

 

BOUCHERIE DE L'ESPÉRANCE

de KACEB YACINE

 

DENDANA en concert acoustique le 18 à l'issue de la représentation !

 

Israël, quelque part entre 1947 et 1967. Mohamed et Moïse sont voisins. Le premier est chômeur, parfois boucher, le second balayeur de la synagogue. Parfois, ils se disputent pour savoir à qui appartient le désert, et à qui il convient de le balayer. Attika et Esther, leurs femmes, participent à leur tumultueuse association. Les rejoignent parfois des ânes, un coq, un serpent, un chameau, un chien.

 

Expérience interactive!

 
La représentation est enrichie d'un contenu interactif pour smartphones. Pour en profiter, nous vous conseillons d'avoir rechargé votre batterie. Télécharger un lecteur de QR code est un plus. Les instructions d'accès et d'utilisation seront données sur place. Le fait de ne pas pouvoir profiter de ce dispositif n'aura évidemment aucun impact sur le spectacle.

 

 

 

 

Compagnie L'Idiot collectif Texte de Kateb Yacine Texte établi et traduit Zebeïda Chergui Adaptation Marion Tecquert Mise en scène Marion Tecquert  Assistée d’Arthur Mosca Avec Charlotte Gressier, Edouard Liotard Khouri-Haddad, Bastien Lombardo, Arthur MoscaCharline Granger, Flore Tricon.

 

Tarifs : 10 euros /8 euros (chômeurs, étudiants, - de 18 ans)
Réservation : idiot.collectif@gmail.com / 06.24.71.25.63


Plus d'infos sur et sur notre site internet: idiot-collectif.fr

Afficher et télécharger le flyer


Samedi 19 septembre 2015 - à partir de 17H


LE BAL DANS LE NOIR  : SOIREE DE SOUTIEN

 www.renardurbain.fr


 


Le Bal dans le Noir c'est avant tout l'occasion de soutenir www.renardurbain.fr C'est le site collaboratif qui vous permet de partager, trouver et commenter des bons plans culturels gratuits qui ont lieu en plein air dans toute l'Île-de-France.

En ligne depuis mai dernier, vous pouvez en profiter toute l'année ! Afin de

financer le développement du site, nous devons récolter 5000 euros, les renards urbains vous invitent donc à faire la fête et à venir illuminer ce beau projet.

Voir la Programmation / 

 

 


Au Café Michèle Firk 


Mercredi 23 septembre 2015 - 18H30

 

Présentation

du 9ème numéro de la Revue Z : Toulouse


Quelle grande ville aujourd'hui ne mise pas son avenir sur la recherche de pointe et l' « innovation » ? Qui n'a pas son pôle de compétitivité, son innopôle, son campus high tech, sa petite Silicon Valley ? Toute métropole ne devient- elle pas technopole ? Pour ce numéro 9, la rédaction de Z s'est installée à Toulouse, haut-lieu de l'informatique et de l'aérospatiale, pour interroger les ressorts et
les conséquences sociales de la course à l'innovation. Faut-il fabriquer des robots pour s'occuper des vieillards ? Des drones pour l'agriculture ? Faut-il continuer à informatiser la société ? Que pensent les chercheurs, les ingénieurs, les informaticiens, de la société qu'ils construisent - et qu'y peuvent-ils ?
Malgré ses promesses de réconcilier nature et technique, de remplacer la ville industrielle polluée par de verts campus, la technopole galope, incontrôlable – Toulouse « gagne » 19 000 habitants chaque année ! De parcs technologiques en entrepôts logistiques, elle engloutit ses campagnes. Les deux déserts du béton et de l'agriculture
intensive se font face. Mais l'arrière-pays toulousain abrite aussi ceux qui cherchent à construire une autre vie, collective, paysanne ou d'artisanat, et défendent un tout autre rapport à la technique. La lutte contre le barrage de Sivens – où un jeune Toulousain a été tué par la police – marque-t-elle le début d'une révolte contre le pouvoir tentaculaire de l'agro-industrie dans la région ? L'exploration toulousaine nous amène également dans la communauté des sourds, qui luttent contre les implants auditifs pour défendre la langue des signes, leur monde sensible et leur culture, particulièrement féconde à Toulouse - c'est une tradition. Elle ne pouvait pas ne pas nous ramener sur le site d'AZF où, quatorze après l'explosion de l'usine de chimie agricole, on vient d'inaugurer un cancéropôle, dans une perspective aussi rédemptrice que lucrative.
Cette itinérance technopolitaine est éclairée par un dossier autour de San Francisco, où l'on rencontre tour à tour les *techies* insouciants qui travaillent pour les géants du numérique de la Silicon Valley, et les pauvres d'Oakland ; un reportage à Bangalore, technopole indienne en plein essor avec sa concentration d'ingénieurs et son nouveau métro. Riche de témoignages, dessins, entretiens, récits, bandes dessinées, cartes, ce numéro se veut une réflexion sur notre rapport aux machines et à la terre.

Télécharger l'edito et le sommaire : www.zite.fr

 


Les 23, 24, 28, 29 septembre 2015
Les 1 et 2 octobre 2015

20H30

Représentations de Elisabeth Bam de Daniil Harms

 

 

Texte Français et mise en scène : Claude Merlin

Distribution : Camille Thomas, Basile Bernard de Bodt, Marc Buard, Jacques Allwright, Bielka, Guy Cambreleng

Création musicale :  Jacques Allwright, Bielka, la Signora Bambini

Lumière : Jean Grison

 

Daniil Harms (1905-1942) fut l'un des plus remarquables parmi les ultimes représentants de l'avant-garde russe ("Front gauche de l'art"), et d'une génération décimée par la répression stalinienne. Cofondateur du groupe Oberiou (Association pour un art réel) vite interdit. D'abord poète, puis prosateur. Son oeuvre, restée longtemps inconnue, est découverte à partir des années soixante.

 

 Tarifs : 12 € - 8€ (réduit) - Réservation par mail : merlune@gmail.com

 


 Du vendredi 25 au dimanche 27 septembre 2015


Rencontres, "Face aux violences d'état"

Centre de rétention, prison, hôpital psychiatrique, police...

Rencontres autour de la question de l'enfermement dans et hors les murs.
La réalité de l'enfermement se manifeste à travers une diversité d'institutions et de pratiques : la prison, la prise en charge psychiatrique, les centre de rétention administrative, la police...
Bien que la gestion de l'enfermement ne se réduise pas à ses structures, elles illustrent néanmoins de quelle manière l'ensemble de la société évalue les individus selon des normes qui servent un projet politique national dans une perspective capitaliste, libérale et productiviste. La violence physique et morale qui en sort touche clairement des catégories sociales déjà définit comme marginales et problématiques : les « délinquants », les « fous », les « étrangers », les « pauvres » … La production de ces cases permet de tracer les frontières de la normalité, de sanctionner et de soigner toute personne considérée comme « inapte », « improductive ». Et lorsqu'on se retrouve, soi ou un proche, face à l'une ou à l'autre de ces situations, s'y ajoute la solitude, l'isolement et un sentiment d'impuissance ! A travers ce week end, nous voudrions ouvrir un espace de rencontre et de discussion qui permettrait à la fois d'aborder les différentes spécificités de la prison, de la psychiatrie, de la police et des centre de rétention administrative mais aussi de parler de leur source commune : « la violence d’état ». Il nous semble important de faire des liens entre ces différentes formes d’enfermement et les luttes qui s’y opposent. Selon comment le week-end prendra corps, nous espérons qu'il sera l'occasion d'aborder ces questions dans une perspective de résistances et de luttes afin de rompre avec un sentiment d'impuissance permament. Il s'articulera autour d'une diversité d'ateliers de discussions et de moment de partage plus informels (repas, concerts, projections) qui permettront, en multipliant les prises et les modes de parole de favoriser l'échange. Il nous semble nécessaire que ce week-end prenne une forme où chaque personne ou collectif ait la place de prendre part aux propositions d'atelier, de discussion, sans experts ni spécialistes. Nous vous invitons donc vivement à venir participer et nourrir les débats de vos pratiques, expériences, histoires vécues, pour refuser l'isolement qu'on nous impose, dedans comme dehors.

Plus d'informations : Page


Au Café Michèle Firk 


Mercredi 30 septembre 2015 - 18H30

 

Présentation de Cactus Calamité

Fanzine poétique, itinérant et gratuit. Lectures, musique, exposition.

Réalisé entre juin 2014 et mai 2015 dans le Berry


Frapper aux portes,ce que l’on entend, bifurquer, suivre les fils, courir,
écrire, se baigner, des on-dit, couler – vomir le miel.
Hauts faits de sorcellerie,
près du moulin se trouve un champ,
lettres retrouvées d’un fugitif de la fin du 19ème, Bernard Dubois :
sourcier,
les abeilles amnésiques et le glyphosate,
des maraîchers fraîchement installés,
un sommeil de truite,
histoire d’un commis charcutier,
Lévi-Strauss sorti de nulle part,
lectures entremêlées,
la magie de l’oeuf,
sorts,
Ophélia,
etc.