Les Arbres de Gatti : Gatti-sous-bois
Exposition.
Saint-Benoît-du-Sault, du 14 au 28 juillet 2007

Exposition conçue et réalisée par Stéphane Gatti à l'occasion du IXème Festival de la création de Saint-Benoît-du Sault où Armand Gatti était l'invité d'honneur. Édition d'un catalogue d'exposition réalisée par Stéphane Gatti et Reyzane Benchiha : Gatti-sous-bois (épuisé)

Introduction au catalogue de l'exposition : Les arbres sont très présents dans l'histoire de Gatti, que ce soit dans son oeuvre ou dans sa vie. C'est dans les cernes d'un tronc que Litche Liou, personnage de Un homme seul relit la bataille des Sept jours et des Sept nuits. L'arbre a un statut particulier, comme phénomène majeur du monde végétal. Don Tiburcio, dans Le Crapaud buffle dit : « Ma mission est d'entraîner notre peuple .../ vers une nouvelle logique, une logique complice des plantes et des fleurs. » De ces plantes, la plus aboutie, la plus représentative, c'est l'arbre. « O forêt, / seul langage inventé par la terre /pour parler au soleil» écrit encore Gatti dans le poème dédié à Guingouin, le maquisard de Haute Vienne. Et nous retrouvons ces arbres dans la forêt de la Berbeyrolle, protecteurs, mais aussi complices et amis puisqu'ils écoutent les textes de Gramsci que Gatti leur lit pendant ses gardes. Et aussi les forêts nourricières et accueillantes qui seront le chemin de son évasion de Hambourg à Tarnac. Les arbres de la prison de Tulle. Et puis les arbres irlandais du film réalisé avec les jeunes de Derry : Nous sommes tous des noms d'arbres. Et les arbres des rues de Berlin, arbres de Rosa Luxemburg ou de Ulrike Meinhof. Et aussi les arbres de la « Maison de l'arbre » à Montreuil auxquels Gatti demande les nouvelles du monde ou d'un visiteur en retard.


 C'est donc à travers ses arbres que nous ferons connaissance avec Gatti dans cette exposition, en se demandant peut-être où et comment ces mots pourraient être encore vivants aujourd'hui « Avec les parachutistes, armes et munitions / transformeront la forêt / en forteresse mythe des temps celtiques ».

Production : La Parole errante / Festival Saint-Benoît-du-Sault / La Compagnie Grand Théâtre